Fourreur: un retour au premier plan

Le métier de fourreur en plein renouveau

Le fourreur prépare le vêtement et choisit les peaux qui lui conviennent le mieux. Il doit maîtriser les principales techniques du travail du cuir, de la couture mais aussi des procédés propres à la fourrure. Les peaux que travaille le fourreur proviennent à 80% de fermes d’élevage et sont vendues aux enchères sur une dizaine de marchés internationaux.

 

Une large connaissance des peaux

Fourrure- fourreurPour devenir fourreur, il est nécessaire de connaitre particulièrement bien toutes les peaux et leurs caractéristiques ainsi que d’avoir un goût prononcé pour l’esthétique et les finitions de qualité. Le fourreur peut réaliser l’ensemble des étapes de création d’un vêtement. Il est capable de réaliser le patron, la découpe des pièces, et l’assemblage complet. Le plus souvent, le fourreur complète son activité par des transformations de vêtements et d’accessoires existants pour les réparer ou les réadapter à la mode.

 

 

Les entreprises de fourrure (372 en France)  sont généralement des structures de petite taille et se trouvent essentiellement concentrées en Île-de-France.

 

La profession de fourreur rencontre certains facteurs qui lui sont défavorables:

  • les hivers sans froid
  • les associations et militants anti-fourrure
  • de nombreuses délocalisations en Asie où la main d’œuvre est moindre

 

La fourrure revient à la mode

Fabrication de bonnets par le fourreurMais, les codes vestimentaires ayant changé, la fourrure n’est plus proscrite ou réservée uniquement aux femmes âgées. La mode et les maisons de haute couture ont rehaussé son image, ce dont profitent les fourreurs. L’export, en hausse régulière, représente environ 1/3 du chiffre d’affaire du secteur. Bien que le nombre de fourreurs ait diminué au cours des dernières années, cette nouvelle clientèle étrangère leur permet de vivre correctement de leur métier. De plus, le fourreur commence à travailler de nouveaux matériaux permettant d’imiter la fourrure en elle-même ou celle d’espèces menacées.

 

 

Deux diplômes permettent d’accéder au métier de fourreur (CAP et Bac Pro). La formation professionnelle continue propose aussi une initiation ou un perfectionnement dans le domaine de la fourrure avec des sessions à la carte.