Le cuir bouilli: une recette perdue

Le cuir bouilli et la guerre

Le cuir bouilli est un matériau largement utilisé au cours de l’histoire. Il s’agirait d’un cuir très épais qui serait cuit à l’eau puis séché au four sur un moule. Au XVIe siècle, ce procédé permet d’obtenir un matériau très dur mais cassant. Le cuir bouilli a été utilisé pour la réalisation de nombreux objets, civils et à usage militaire.

 

 Un cuir capable de résister aux flèches

Les artisans de l’époque essaient d’adapter la technique pour que le cuir bouilli soit moins fragile aux impacts et puisse résister aux pointes de flèches ou aux épées. Des textes du XIIe siècle rapportent en effet l’usage de vêtements de protection obtenus à l’aide de ce procédé. Mais, le cuir bouilli, obtenu alors, aurait été bien plus dur que ce qu’ils arrivent à obtenir et ils ne trouvent que peu de traces de la méthode exacte employée.

 

Diverses formules furent testées mais sans jamais retrouver la qualité atteinte cinq siècles auparavant. On sait aujourd’hui, que, grâce à certaines formules anciennes, les armures antiques étaient confectionnées suivant une autre technique. Le cuir était immergé dans des mélanges à base de cire d’abeille fondue, d’où l’analogie avec l’ébullition. Divers adjuvants d’origine animale (le collagène), végétale (résines) ou des minéraux aux propriétés durcissantes (sels et oxydes) étaient incorporés à cette recette. Cette cire liquide modifiée pénétrait le cuir pour le renforcer de manière conséquente lors du refroidissement. Le cuir bouilli obtenu pouvait résister, dans une certaine mesure, à des tirs de flèches. Ces techniques sont tombées en désuétude à la fin du XVIIe siècle. Les divers équipements de protection en cuir étant devenus obsolètes lors de l’arrivée des armes à feu sur les champs de bataille.

 

Le retour du cuir bouilli au cours de la guerre

Le cuir bouilli refait, cependant son apparition au XVIIIe siècle. Les objets de cette époque sont très différents de ceux du moyen-âge. Le cuir utilisé est très épais, assemblés de coutures grossières et parfois recouverts de goudron. La technique a donc changé et les usages avec. Ce type de cuir est alors utilisé pour fabriquer gourdes, seaux et bottes. On retrouve ce cuir bouilli jusque dans l’équipement du soldat de la première guerre mondiale, essentiellement pour faire des casques.